Mise en place d’une toiture

INTITULÉ Fabrication et mise en place d’une charpente et d’une couverture suite à la tempête du 30 décembre 1999.
NATURE OPÉRATION Projet réalisé
ÉTENDUE MISSION Etude et suivi du chantier
LOCALISATION 4 rue des Fauvelles
92250 La Garenne Colombes
DATE 2000
MAÎTRE D’OUVRAGE Cabinet Deslandes
SURFACE 230 m2
COÛT 120.000 €
PROGRAMME Les travaux comprennent la pose d’un échafaudage sur pied, le bâchage durant le chantier, l’évacuation de la toiture encore en place, la réfection des souches de cheminées, la fabrication et la mise en place d’une charpente, la fourniture et la pose d’un isolant, d’un voligeage ainsi que des feuilles en Zinc et la vérification et la mise hors d’eau de la partie restant en place.

La tempête de décembre 1999 a causée l’arrachement des deux tiers de la couverture de l’immeuble entraînant la charpente en bois qui la soutenait.

Les fortes pluies qui ont succédées à la tempête ont crées de fortes inondations dans les appartement des deux derniers niveaux rendus inoccupables.

La toiture la plus exposée au vent s’est envolée sur plusieurs dizaines de mètres pour atterrir dans la cour de l’immeuble ainsi que dans celle de l’immeuble voisin.

Cette toiture en très bon état apparent n’a pas supporté les rafales de vent exceptionnellement fortes.

Le plafond du dernier niveau constitué de poutrelles en béton armé et de hourdis a évité une réelle catastrophe car la chute d’une lourde souche de conduits de fumée a eu lieu.

Les travaux ont consisté dans un premier temps à bâcher en urgence le plancher haut du dernier niveau et enlever le maximum d’éléments de toiture en état d’équilibre instable ou susceptibles de s’envoler lors d’une rafale de vent.

Les bâches ont été tendues régulièrement afin d’assurer l’étanchéité durant le chantier.

Par la suite les cheminées endomagées ont été reconstruites, certaines gouttières remplacées, le restant de la toiture évacué et un châssis réparé.

La nouvelle charpente (en sapin du nord traité) a été fabriquée sur mesure en atelier puis assemblée sur place. Elle a été solidement ancrée à la structure existante de manière à éviter un nouvel arrachement.

La nouvelle toiture a été réalisée par partie afin de pouvoir faire travailler les différents corps de métier en même temps.

Une fois l’isolation thermique posée sur toute la surface de la dalle, l’entreprise a procédée à la mise en place des voliges sur lesquelles sont venus se poser les tasseaux puis les feuilles de zinc.

Les mitrons, chatières, ventilations, couvre-joints et autres éléments abîmés ou manquants de la couverture conservée ont été remplacés.